Vaccin d’AstraZeneca | Santé Canada se fie largement à la situation observée en Grande-Bretagne pour continuer de recommander le vaccin d’AstraZeneca

Selon Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de l’organisme, les données provenant de la Grande-Bretagne sont beaucoup plus précises que celle du Danemark, qui a choisi de ne plus offrir ce vaccin, pour l’instant du moins.

«Les bénéfices du vaccin d’AstraZeneca l’emportent sur les risques d’attraper la COVID-19 pour l’ensemble des groupes d’âge. […] On a évalué les données du manufacturier et celles fournies par le Royaume-Uni. Nous avons aussi participé aux réunions de l’Agence européenne des médicaments. On dispose de toutes les informations. Au Royaume-Uni, 20 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca ont été administrées. C’est près de la moitié de toutes les doses injectées dans ce pays. Ce vaccin fonctionne. […] Au Danemark, l’agence règlementaire n’a pas retiré le vaccin du marché. Ce sont les autorités qui ont décidé de mettre son usage sur pause pour l’instant.» 

Mais alors que les variants continuent de se propager, il a voulu « insister sur ce qui ne change pas », soit que le vaccin demeure sûr. « Santé Canada estime toujours que les avantages du vaccin d’AstraZeneca l’emportent sur les risques de contracter la COVID-19 », a-t-il affirmé.

« À l’heure actuelle, la COVID-19 étant hautement transmissible, certaines personnes présentent un risque élevé d’exposition et de maladie grave. En revanche, le risque de subir un effet indésirable grave de ce vaccin ou d’un autre vaccin autorisé est très faible », a plaidé le DBerthiaume.

Pas question, donc, d’emboîter le pas au Danemark, qui est devenu le premier pays de l’Union européenne à suspendre complètement l’utilisation du vaccin, mercredi, en raison de préoccupations concernant le risque de développer des thromboses.

Un premier cas de thrombocytopénie avec thrombose est survenu au Québec dans les derniers jours à la suite de l’administration du vaccin d’AstraZeneca (Covishield). Il s’agit du premier cas du genre à être recensé au Canada.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *